Comment les écorces d'orange ont ravivé une forêt du Costa Rica

Au milieu des années 1990, 1 000 camions de pelures d'orange et de pulpe d'orange ont été délibérément déchargés sur un pâturage stérile dans un parc national costaricain. Aujourd'hui, l'endroit est recouvert d'une forêt luxuriante et de vignes.

Comment les écorces d'orange ont ravivé une forêt du Costa Rica
Vue aérienne de la zone fertilisée par les pelures d'orange (mosaïques d'arbres de plus de 10m et de tapis denses d'arbustes herbacés et de vignes à droite du chemin de terre) et d'une zone non fertilisée à gauche du chemin de terre (étendue rocheuse d'herbe avec des arbres dispersés d'environ 2 m de haut). Photo prise par un drone en juin 2015. Photo Tim Treuer

Une équipe menée par des chercheurs de l'Université de Princeton ont étudié ce paysage 16 ans après le dépôt des déchets d'orange.Elle a trouvé une augmentation de 176% de la biomasse aérienne (le bois dans les arbres) dans les 3 hectares étudiés. Leurs résultats ont été publiés dans le journal Restoration Ecology.


Cela met en valeur le pouvoir unique des déchets agricoles non seulement pour régénérer une forêt mais aussi pour séquestrer une quantité importante de carbone sans coût.


"C'est l'un des seuls cas dont j'ai entendu parler concernant une séquestration de carbone à coût négatif" rapporte Timothy Treuer, co-auteur principal de l'étude et étudiant diplômé du Département d'Ecologie et de Biologie Evolutionnaire à Princeton, "ce n'est pas seulement gagnant/gagnant entre la société et le parc local, c'est gagnant pour tout le monde".

A l'origine, c'est une idée de l'équipe, et couple, Daniel Janzen et Winnie Hallwachs, tous deux écologistes de l'Université de Pennsylvanie. ils ont travaillé comme chercheurs et conseillers techniques pendant de nombreuses années dans la Zone de Conservation de Guanacaste (ACG, Guanacaste Conservation Area) au Costa Rica.

Janzen et Hallwachs ont concentré la deuxième moitié de leur carrière sur les moyens d'assurer un avenir pour les écosystèmes des forêts tropicales menacées.

En 1997, ils ont proposé un accord intéressant à Del Oro, un fabricant de jus d'orange qui venait de commencer la production le long de la frontière nord de l'Área de Conservación Guanacaste. Si Del Oro donnait une partie de leurs terres recouvertes de forêt à l'Área de Conservación Guanacaste., la société pouvait déposer ses déchets de pelures d'orange pour biodégradation, sans coût, sur des terres dégradées à l'intérieur du parc.

Mais un an après la signature du contrat, au cours de laquelle 12000 tonnes de pelures d'oranges ont été déchargées sur les terres dégradées, TicoFruit, une société rivale, l'a poursuivi, arguant que l'entreprise avait "souillé un parc national". La société rivale a gagné le procès devant la court suprême du Costa Rica, et les terres couvertes de pelures d'orange ont été largement négligées pendant les 15 années qui ont suivi.

Au cours de l'été 2013, Treuer discutait des pistes de recherches potentielles avec Janzen lorsqu'ils ont parlé du site au Costa Rica. Janzen lui dit que, bien que les taxonomistes (biologistes qui classent les organismes) aient visité la région, personne n'avait vraiment fait une évaluation approfondie.

Aussi, lors d'un nouveau voyage de recherche au Costa Rica, Treuer a décidé de s'arrêter sur le site pour voir ce qui avait changé pendant la décennie passée. "C’était tellement envahi par les arbres et les vignes que je ne pouvais même pas voir le panneau de 2 mètres de long avec un lettrage jaune vif marquant le site qui était à seulement quelques mètres de la route," rapporte Treuer, "nous devions proposer des mesures vraiment solides pour quantifier exactement ce qui se passait et pour enregistrer ce test grandeur nature, qui se manifestait à cet endroit et de voir à quel point la différence était stupéfiante entre les zones fertilisées et non fertilisées."

Treuer a étudié la zone avec Jonathan Choi, qui était alors étudiant en écologie et en biologie évolutive à Princeton. Choi a fait de ce projet sa thèse de doctorat: "Le site était plus impressionnant sur place que je n'aurais pu l'imaginer. Alors que je marchais au-dessus de la roche exposée et de l'herbe morte dans les champs voisins, je devrais grimper à travers les sous-bois et couper des chemins à travers les murs de vignes dans le site de peaux d'orange."


L'équipe de recherche a évalué deux séries d'échantillons de sol afin de déterminer si les pelures d'orange avaient enrichi les nutriments du sol.


La première série d'échantillon a été prélevée et analysée en 2000 par Laura Shanks, co-auteure, du Benoit College, et la seconde série a été prélevée en 2014 par Choi. Les données de Shanks n'ont jamais été publiées, aussi son analyse a été combinée à celle de Choi pour les besoins de cette étude.

Les échantillons ont été analysées avec des méthodes différentes mais comparables. Pour quantifier les changements dans la structure de la végétation, les chercheurs ont établi plusieurs transects* dans la zone de traitement des déchets d'orange. Ces transects étaient des lignes parallèles longues de 100m à travers la forêt, où tous les arbres à moins de 3m ont été mesurés et étiquetés. Cela a été fait pour voir à quel point la croissance pouvait être imputée aux pelures d'orange.

Pour la comparaison, les chercheurs ont construit un ensemble similaire de lignes dans les pâturages de l'autre côté de la route, qui n'avaient pas été recouverts de peaux d'orange.

Ils ont mesuré le diamètre des arbres et identifié toutes les espèces dans les deux zones. Ils ont trouvé de grandes différences entre la zone recouverte de peaux d'orange et celle qui n'en avait pas. L'endroit fertilisé par les déchets d'orange avait un sol plus riche, plus de biomasse d'arbres, une plus grande richesse en espèces d'arbres et une plus grande couverture de la canopée.

"Beaucoup de problèmes environnementaux sont produits par les entreprises, qui, pour être juste, produisent simplement les choses dont les gens ont besoin ou qu'ils veulent," explique David Wilcove, co-auteur de l'étude et professeur d'écologie et de biologie évolutionnaire, "mais une grande partie de ces problèmes peuvent être atténués si le secteur privé et la communauté environnementale travaillent ensemble. Je suis convaincu que nous trouverons de nombreuses autres occasions d'utiliser les «restes» de la production alimentaire industrielle pour ramener les forêts tropicales. C'est du recyclage au plus haut niveau"

Lien vers l'article paru dans Restoration Ecology : "Low-cost agricultural waste accelerates tropical forest regeneration"

Source:


Liens:

A lire:

Posts les plus consultés de ce blog

La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis

Il y avait des lacs et des zones humides dans le Désert d'Atacama

Découverte de la plus ancienne trace de sorgho domestiqué au Soudan