La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis

Une équipe d'archéologues et d'anthropologues dirigée par l'Université d'Utah, a découvert des résidus d'amidon de pomme de terre dans les fissures d'un outil en pierre vieux 10900 ans à Escalante, dans le sud de l'Utah.

La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis
Le Dr Louderback tient dans sa main les petits tubercules de Solanum Jamesii. Photo credit: University of Utah

Il s'agit de la plus ancienne preuve de pomme de terre sauvage utilisée en Amérique du Nord. Cette étude archéologique est la première à identifier une espèce native du sud-ouest des États-Unis apparentée à la patate, la pomme de terre sauvage (Solanum jamesii), comme faisant partie des anciens régimes alimentaire de l'homme.

Les pommes de terre que nous achetons en magasin sont toutes des variétés qui proviennent d'une seule espèce, Solanum tuberosum, qui a été domestiquée en Amérique du Sud, sur les hauts plateaux andins, entre le Pérou et la Bolivie, il y a plus de 10000 ans. Depuis, la Solanum tuberosum s'est diversifiée en des milliers de types de pomme de terre dans le monde entier.


Cette nouvelle étude porte sur la Solanum jamesii, une espèce trouvée à l'ombre des chênes, de l'armoise et des pins à pignon, à travers les Four Corners dans le sud-ouest des États-Unis. On l'appelle aussi pomme de terre "Four Corners". Elle est particulièrement abondante sur les hauts plateaux du Nouveau-Mexique, où ses feuilles vertes et ses délicates fleurs blanches sont dispersées dans les forêts de pins à pignon et de genévriers.

"Plusieurs tribus amérindiennes, dont les Apaches, Hopis, Kawaiks, Navajos, Paiutes du sud, Tewas, Zias et Zunis, consommaient de la Solanum jamesii" rapporte les scientifiques, "les groupes utilisaient différentes techniques de cuisson et de traitement, dont le fait de faire cuire les patates, les broyer pour en faire de la farine ou de la levure, ou encore les mélanger avec de l'argile pour en réduire l'amertume. Certains groupes continuent de nos jours de cultiver ces pommes de terre. Sa longue histoire pourrait signifier que les espèces ont été transportées, cultivées ou même domestiquées. Si cela est vrai, la Solanum jamesii serait le premier exemple de plante domestiquée dans l'ouest américain."

"Cette pomme de terre pourrait être aussi importante que celle que nous consommons de nos jours, pas seulement en termes de plante alimentaire du passé, mais comme une source de nourriture potentielle pour l'avenir." ajoute le Dr Lisbeth Louderback, de l'Université d'Utah.

La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis
Lisbeth Louderback, du Natural History Museum of Utah, se tient devant les métates, les pierres à moudre qu'utilisaient les amérindiens pour préparer leur nourriture. Photo credit: University of Utah

Avec son collègue, Bruce Pavlik, directeur de la conservation à Red Butte Garden, ils ont analysé les outils en pierre de North Creek Shelter, dans la vallée Escalante, l'un des plus anciens sites archéologiques en Utah, avec une histoire remontant à 11000 ans.Ses résidents étaient principalement des chasseurs cueilleurs jusqu'à l'arrivée des cultures des ancêtres des pueblos et des Fremonts qui commencèrent à cultiver des céréales.

Aujourd'hui, cette région est habitée par les Paiutes du Sud et les descendants des colons mormons.

Les chercheurs ont étudié de grandes dalles en grès, appelées métates, et des pierres à moudre portatives, des manos, sur lesquels les anciens préparaient les repas. Ils y ont trouvé des granulés microscopiques d'amidon, dont les archéologues n'avaient jamais soupçonné la présence jusqu'ici.

"Broyer les tissus de plantes avec des manos et des métates relâche des granules qui se logent dans les petites fissures de la pierre, ce qui les préserve pendant des milliers d'années" rapporte le Dr Louderback, "les archéologues peuvent les récupérer avec à l'aide de produits chimiques, de la microscopie moderne et des techniques avancées d'imagerie".

Tous les granules d'amidon ont des cercles concentriques qui poussent vers l'extérieur comme les anneaux des troncs d'arbres. L'origine de la croissance commence par ce qu'on appelle la hile. La majorité des espèces végétales ont des granules d'amidon avec une hile au centre du grain.

Un granule d'amidon de la pomme de terre des Four Corners. Photo credit: University of Utah



Cependant, la hile des granules qui remplissaient les lames du microscope de l'équipe étaient décentrées. Il n'y a que peu d'espèces dans la région des Fours Corners qui produisent des granules d'amidon avec cette caractéristique spécifique: Solanum jamesii est l'une d'entre elles.


Les scientifiques ont analysé les granules de la Solanum jamesii actuelle pour établir un ensemble de cinq caractéristiques qui identifient avec précision la pomme de terre sauvage, en commençant par la hile décentrée.

Les granules d'amidon ayant cinq caractéristiques sur cinq étaient ainsi une pomme de terre sauvage authentifiée.

Ils ont analysé les tubercules de trois populations modernes différentes, 100 granules par tubercule. Ils ont vérifié les caractéristiques des granules trouvés sur les anciens outils en pierre sur le site de North Creek Shelter. Sur la totalité des 323 granules d'amidon, 122 avaient la hile décentrée. Parmi ceux-ci, 9 étaient des Solanum jamesii confirmées, et 61 autres étaient susceptibles d'être des Solanum jamesii.


Source:
Derniers articles sur l'archéobotanique:

Posts les plus consultés de ce blog

Il y avait des lacs et des zones humides dans le Désert d'Atacama

Découverte de la plus ancienne trace de sorgho domestiqué au Soudan