Comment les hommes ont transformé le blé sauvage en blé domestique

Une étude de séquençage sophistiquée a révélé que des changements génétiques ont eu lieu dans le blé lorsqu'il a été domestiqué par les anciennes sociétés agricoles du Croissant Fertile il y a environ 10000 ans.

 Photo: Credit  Zvi Peleg

Ces résultats fournissent aux scientifiques une meilleure compréhension des caractéristiques du blé moderne (la variété utilisée pour faire le pain et les pâtes) et pourraient contribuer aux efforts visant à améliorer le rendement et la qualité de cette source principale de nourriture.

La domestication du blé sauvage a entrainé un changement de ses caractéristiques (traits), concernant principalement la dormance des graines, la morphologie des épis et le développement de la céréale.


Ainsi, alors que les épis du blé sauvage se brisent à maturité, tous les épis de blé domestique restent intacts, ce qui permet de les récolter plus facilement.


Raz Avni et ses collègues ont utilisé le séquençage génétique 3D des données et des logiciels pour reconstruire les 14 chromosomes du blé sauvage tétraploïde, Triticum turgidum. L'équipe a ensuite comparé les gènes responsables de l'éclatement du blé domestique aux gènes correspondants du blé sauvage, afin de comprendre les changements génétiques sous-jacents à la transition évolutive vers un état sans éclatement.

Blé sauvage; Triticum turgidum

Ils ont identifié de groupes de gènes dans le blé domestique qui ont perdu leur fonction. Lorsqu'ils ont conçu des souches de blé avec une de ces grappes de gènes restaurées, le blé a montré des épis uniques où la partie supérieure était fragile et la partie inférieure ne l'était pas.

Ces résultats suggèrent que les deux ensembles de gènes ont joué un rôle dans la transformation des qualités fragiles du blé sauvage.


Source:

Derniers articles sur la sécurité alimentaire:

Posts les plus consultés de ce blog

La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis

Il y avait des lacs et des zones humides dans le Désert d'Atacama

La flexibilité culturelle, clé de la survie en période de sécheresse extrême des anciens hommes du sud de l'Afrique.